Les Amis du Vieux Lançon au congrès européen des Mainteneurs des Feux et Traditions de la St Jean

Pour la première fois, après leur adhésion en 2016, les Amis du Vieux Lançon ont participé le 20 mai 2017 au 33ème congrès européen de feux de la St Jean.

Accueillis par la municipalité d’Aramon, les congressistes venus de tous les coins de France mais aussi de Belgique, Italie ou Espagne ont échangé leurs idées et méthodes afin que perdure et s’étende la tradition des Feux de la St Jean. Une belle journée pleine d’enseignements placée sous le signe de la fraternité et de l’amitié.

Cette année encore, nous aussi irons chercher cette flamme le 23 juin en Arles afin de la ramener dans notre village. Le lendemain, c’est elle qui viendra embraser le Feu autour duquel nous fêterons la St Jean et danserons la farandole.

Exposition sur la Chasse

  • Le 18 et 19 Mars 2017, la Maison des Arts et Traditions ouvrait ses portes pour accueillir une exposition sur la chasse comme pratiquée au  siècle dernier.La centaine de visiteurs, accueillis par Simone Alexis et Nicole Escot, organisatrices de ces journées avec d’ autres membres de l’association, ont pu admirer cette exposition locale.
    Elles ont présenté :
    – des accessoires pour la confection de cartouches, de l’habillement ;
    – plusieurs appeaux de différentes formes et des sons différents d’animaux ;
    – des fusils de plusieurs catégories ;
    – des documents anciens : permis de chasse, autorisation, assurance et règlement de la chasse qui ont permis de se rendre compte de l’évolution de cette pratique avant de devenir un loisir ;
    – des animaux empaillés ont été prêtés : renards, fouine, blaireau et têtes de sanglier et cerf.
    A l’origine la chasse est une source de nourriture carnée, mais aussi de ressources diverses telles que la peau, la corne, les bois, l’os et autres. La chasse a aussi eu comme fonction de repousser ou d’éliminer des prédateurs dangereux pour l’homme.
    La chasse a été longtemps une activité de loisirs réservée aux classes dominantes, avant que ce droit ne soit donné au peuple avec la création de la Fédération des Chasseurs en 1941 . Des différents règlements ont été mis en place selon les régions.

 

1914 -1918 : les soldats du midi, héroïques mais diffamés

En août 1914, les soldats provençaux du XVe corps sont engagés dans l’une des premières grandes batailles opposant les Français aux Allemands. En fait, l’ennemi attire les Français sur un terrain qu’il a fixé comme champ de bataille, avec une artillerie dont les tirs sont réglés à l’avance.
Les troupes se font massacrer sous un déluge d’obus et de mitraille sans même voir un seul soldat ennemi. Les Méridionaux abandonnent 10 000 morts sur un terrain boueux d’étangs et de prairies, totalement exposé où l’on n’aurait jamais dû les faire manœuvrer (1). Peu après ils sont pourtant accusés d’être les responsables de la défaite. La rumeur se répand via la presse parisienne et notamment un article du sénateur Gervais dans Le Matin (1,6 millions d’exemplaires par jour) intitulé « La vérité sur l’affaire du 15e corps » que relaient nombre de leader d’opinion comme Clémenceau, alors député du Var.
Peu de voix s’insurgeant contre les affirmations du ministre, hormis la presse du Midi qui affirme d’emblée son hostilité aux propos de Gervais, à l’instar du Petit Marseillais qui le traitera de « honte du Sénat et fumier de la presse ». Ou encore celles de députés du sud qui, en haut lieu, font savoir leur désaccord avec des « allégations incontrôlables sinon mensongères dont leurs compatriotes ont été les victimes ». 
Dans la réalité, cette intoxication de l’opinion publique est manipulée par le généralissime Joseph Joffre et le ministre de la Guerre Adolphe Messimy.
La vérité est que l’Etat-major est dans l’erreur, lui qui a préparé la guerre de 14-18 avec le point de vue de celle de 1870. La vérité est que l’armée française promise à gagner Berlin en quatre semaines, recule alors sur tous les fronts. L’impréparation vis-à-vis d’une armée allemande qui a choisi son terrain d’affrontement et s’est embusquée, couplée à la doctrine de l’offensive allemande avec « Rosalie » (la baïonnette), accouche d’une hécatombe. Il faut donc des lampistes et Joffre fait accréditer la légende que ce sont les soldats de « l’aimable Provence » qui auraient lâché pied devant l’ennemi et causé l’échec de l’offensive de l’Est.
Ce mensonge gagnera toute la France. Et les soldats méridionaux seront désormais diffamés par la propagande officielle. Or, si les historiens ont depuis reconnu que le XVe corps, en août 14, se battit comme les autres corps, voire aussi bien que les unités dites d’élite, cet affront ne fut jamais lavé. Les auteurs de cette manipulation, les militaires de l’Etat-major et leurs complices de la droite nationaliste, n’ayant jamais eu à rendre des comptes de cette ignominie.

Exposition sur la bugado et l’estirage à la M.A.T.

Le 20 et 21 juin 2015, lors des journées du Patrimoine, les lançonnais, des visiteurs des alentours et même quelques étrangers (Allemands et Chinois) en vacances en Provence, ont découvert avec plaisir l’exposition de la bugado et l‘estirage devant la Maison des Arts et Traditions.( lire l’article  expo la bugado article (1)

Continuer la lecture de « Exposition sur la bugado et l’estirage à la M.A.T. »